Virtual Server plus rapide avec Hyper-V

Virtual Server plus rapide avec Hyper-V

Prévue à l'origine avec la RTM de Windows Server 2008 R2, la gestion de la mémoire virtuelle dynamique sous Hyper-V vous permettra une gestion plus fine et automatique de l'affectation des ressources mémoire aux machines virtuelles. En effet, le système allouera dynamiquement la juste portion de mémoire utile nécessaire au bon fonctionnement de vos machines virtuelles.

Cette allocation dynamique de la mémoire sera distribuée par machine virtuelle. Ainsi, plus besoin de réserver une quantité fixe de mémoire pour chacune des machines. Cette nouvelle fonctionnalité optimise les ressources mémoires matérielles, et permet de réaliser des économies importantes en ressources matérielles.

Côté serveur, le Memory Balancer interroge les machines virtuelles et analyse les besoins en mémoire de chacune.

Côté client, le composant DM VSC permet la remontée d'information mémoire pour la machine virtuelle invitée, notamment lors d'ajout ou de suppression de mémoire vive. Il informe le noyau de Windows, il récupère également de l'information depuis le noyau pour savoir ce que doit consommer cette machine virtuelle.

Une nouvelle interface est maintenant disponible pour le paramétrage de cette nouvelle fonctionnalité. Lors d'utilisation de vos machines virtuelles, la consommation mémoire est exprimée en pourcentage mémoire consommée et stockée par machine. Les valeurs négatives expriment l'allocation dynamique conditionnée par le Memory Balancer.

Il est possible d'attribuer par machine virtuelle le nombre minimum et maximum de mémoire vive utilisée, le pourcentage de mémoire vive souhaité, tout en respectant certaines préconisations. Ainsi, le process pour créer une virtualisation du poste de travail devient un jeu d'enfant.

Il est aussi possible de spécifier le pourcentage du buffer, alloué pour chaque machine virtuelle si vous le souhaitez, tout en respectant certaines préconisations. Cela définit la quantité de mémoire libre que doit avoir la machine virtuelle ('Je veux que ma machine ait 20% de mémoire libre').

Et pour finir, de définir la priorité des machines virtuelles Hyper-V dans le contexte de l'allocation dynamique.

De nouveaux concepts s'inscrivent aussi dans la gestion avancée de la mémoire : Root reserve : permet à la partition parente de s'assurer qu'elle aura toujours assez de mémoire vive pour assurer la bonne gestion de l'allocation mémoire dynamique pour les machines virtuelles.

NUMA (Non-Uniform Memory Access): Les versions 64-bits de Windows 7 et Windows 2008 R2 supportent plus de 64 processeurs logiques (LP) pour un simple ordinateur. NUMA est une architecture permettant l'optimisation de la gestion d'allocation mémoire par processeur par la création de groupe. La mise en place de NUMA permettra une meilleure affectation de la mémoire par processeur logique. Il est possible de désactiver la fonction NUMA.

Conclusion

Les nouvelles fonctionnalités apportées par le service pack 1 de Windows Server 2008 R2 apportent une réelle valeur ajoutée et une réelle souplesse à la gestion des parcs virtuels. Sans atteindre les fonctionnalités de VMWare ou Xen, Hyper-V s'affirme comme une base solide pour la mise en place d'infrastructures virtuelles. Microsoft saura, nous l'espérons, rattraper le retard sur ses concurrents, ce qui représente un challenge important qui doit assurer sa crédibilité sur un marché très concurrentiel.

A propos

Ce site est édité par ITMEDIA et traite de la virtualisation en environnement Windows.